Dans son mŌnde

Dans son mŌnde[1]

L’espace, dans lequel évolue Antonio Navarro est pluriel et divers, ses recherches sont continues et vastes, dans un univers intellectuel qui l’entoure et lui permet de s’approcher, observer, toucher, manipuler et transgresser ou intervenir avec ses actions poétiques, plastiques et visuelles.
Ce sont sans doute l’utilisation des ces éléments propres à un atelier d’artiste, – où les couleurs et les objets domestiques l’attirent depuis une perspective globale – où ce docteur exécute ses approches plastiques avec une vision analytique, essayant de nous montrer les possibilités et les options d’une vie gestuelle.
L’équilibre entre le matériel et l’immatériel, le plein et le vide, le moderne et le traditionnel, la vie et la mort, le corps et l’âme et surtout le chemin du terrestre vers le spirituel, acquièrent dans les œuvres de Antonio une trame subtile qui transmet des émotions et attributions magiques, qui ne laisse pas indifférentes les personnes qui les observent d’un point de vue anthropologique et humaniste.
Ses œuvres graphiques acquièrent des attributions plastiques découlant des moyens utilisés, minant les traces universelles d’une vie comme s’il s’agissait d’un lieu de culte, comme ce rituel artistique si présent dans nos vies depuis notre plus tendre enfance.Ainsi à partir d’une narration étudiée et une application créative nous inventons un moyen de capturer les éléments essentiels de la peinture et de les restituer sur une matrice de gravure afin de l’appliquer au monde plastique et visuel que créé Antonio Navarro, les mystères de l’âme…

[1] Ensō.

César Ripoll Dono Traduction Lolita Pugibet